Lapurla

BonBon: Les tout-jeunes découvrent l’art contemporain

Migros Museum für Gegenwartskunst et Kita Regenbogen

Zurich (ZH)

De petits groupes d’enfants de 8 à 18 mois de la Kita Regenbogen visitent quatre à six fois le Migros Museum für Gegenwartskunst. La visite de l’exposition est préparée conjointement par la responsable de groupe de la crèche et la médiatrice culturelle.

Lapurla
Foto: Karin Kraus

1. Besuchsreihe | Mai–Juni 2018

Ausstellung: TERESA BURGA, Aleaotory Structures

2. Besuchsreihe | Oktober–November 2018

Ausstellung: Collection on Display: PIPILOTTI RIST, Show a Leg (Raus aus den Federn), 2001

3. Besuchsreihe | Juni 2019

Ausstellung: STEPHEN WILLATS, Languages of Dissent

Kurzfilme zu «BonBon»

Anhand von Filmclips des Modell-Projekts «BonBon» geben wir exemplarisch Tipps für ein entspanntes Ankommen an einem Kulturort sowie Impulse, wie man – der Neugier von Kleinkindern folgend – auf der gemeinsamen Entdeckungsreise die Sprache fördern und auch Kunst als Spielanlass nutzen kann.

Entretien avec les deux pionnières

«À les voir, on remarquait qu’un processus était en cours, qu’ils s’imprégnaient de l’art et l’assimilaient.»

Bea Fröhlich

L’équipe que forment Cynthia Gavranic, médiatrice culturelle au Migros Museum für Gegenwartskunst, et Bea Fröhlich, éducatrice dans la crèche Regenbogen, est bien rodée. Car elles ont déjà observé deux visites d’expositions avec un petit groupe d’enfants de 9 à 22 mois.

 

Pourquoi vos institutions participent-elles à l’initiative Lapurla?

 

Cynthia Gavranic: Nous voulons continuer à apprendre. Les enfants de moins de deux ans sont un groupe cible que nous n’avons encore jamais approché directement et nous ne pourrions pas le faire sans un partenaire compétent tel qu’une crèche. Nous voulons relever ce défi de taille.

Bea Fröhlich: Je travaille depuis 10 ans avec des enfants de 0 à 2 ans, et je sais qu’on les sous-estime fortement. J’ai toujours pensé qu’ils pourraient retirer quelque chose d’une visite au Museum für Gegenwartskunst. On constate un enrichissement incroyable quand ces enfants passent un peu de temps dans des lieux qui ne sont pas faits pour eux. Je voulais que tout le monde s’en rende compte.

 

Quelles ont été vos plus belles et surprenantes expériences à cette occasion?

BF: Il y a eu des moments où les enfants réagissaient très fortement aux œuvres – je ne m’y attendais pas. À les voir, on remarquait qu’un processus était en cours, qu’ils s’imprégnaient de l’art et l’assimilaient. C’est une véritable satisfaction de voir à quel point ils se sentent à l’aise dans un lieu aussi immense et effrayant et se l’approprient peu à peu.

CG: Un enfant âgé de 16 mois, venu au musée avec sa mère, la menait d’un tableau à l’autre, lui montrant le musée, la conduisant à travers les salles. Cela prouve la justesse de notre théorie: les visites de crèches nous permettent de drainer d’autres personnes vers le musée. Au début, nombreuses étaient celles qui avaient des doutes sur cette idée. D’après elles, peu importe que les enfants soient sur une place de jeux ou au musée, car ils ne connaissent rien à l’art. Il est difficile d’imaginer ce que des tout-petits pourraient bien faire dans un musée. Et puis de constater: ah, c’est ça qu’ils font!

 

Quelles sont les conditions pour qu’une telle collaboration fonctionne?

BF: Nous avons toujours emmené les mêmes enfants avec nous, nous avons respecté leurs besoins, l’organisation était toujours identique, de même que le personnel. Cela les rassure. Il faut une volonté affirmée et de l’enthousiasme des deux côtés: nous devons constamment dialoguer, afin que cela soit faisable pour les deux partenaires, tant au niveau de l’organisation de la crèche que du musée. Nous nous sommes rencontrés régulièrement. Je visitais l’exposition, nous explorions le musée ensemble, en marchant à quatre pattes. Et Cynthia est venue à la crèche.

CG: Un projet rayonne quand il repose sur de la bienveillance et de la reconnaissance réciproques. Les enfants, les parents et tout l’entourage ont remarqué que nous nous entendions bien. C’est un aspect à ne pas sous-estimer. Et il faut de la souplesse: peut-être le bouton d’alarme ou l’ascenseur sont-ils plus intéressants que l’art. Nous devons faire preuve d’ouverture. Nous ne visons pas en premier lieu à transmettre l’art aux enfants, mais nous voulons qu’ils puissent expérimenter les lieux, avec tout ce que cela comporte.

Lapurla
Bea Fröhlich (à gauche) est éducatrice dans la crèche Regenbogen, Cynthia Gavranic est médiatrice culturelle au Migros Museum für Gegenwartskunst. Photo: Ariel Leuenberger

Description du projet BonBon

Partenaires du projet

Migros Museum für Gegenwartskunst
Limmatstrasse 270
8005 Zürich

 

Kita Regenbogen
Josefstrasse 212
8050 Zürich

Participants

Anina Fruet (apprentie assistante socio-éducative Kita Regenbogen, équipe de l’après-midi, Groupe bleu), Markus Guhn (directeur Kita Regenbogen), parents, proches et autres personnes de référence des enfants, Heike Munder (directrice Migros Museum für Gegenwartskunst), Alena Nawrotzki (responsable médiation et programmes, Migros Museum für Gegenwartskunst), Personnel de surveillance du Migros Museum für Gegenwartskunst.

Promoteurs

Financé par Kita Regenbogen, Migros Museum für Gegenwartskunst et une contribution d’impulsion de l’initiative Lapurla (2018).

Direction du projet

Cynthia Gavranic 
Kulturvermittlung Migros Museum für Gegenwartskunst
cynthia.gavranic@mgb.ch 

 

Bea Fröhlich
Erzieherin Kita Regenbogen, Gruppe Blau
beafroehlich@msn.com

Enfants

4 enfants de moins de deux ans:

 

Mai/juin: Milo (18 mois), Marta (15 mois), Beda (9 mois), Elin (18 mois).

 

Oct/nov 2018: Ella (15 mois), Marta (19 mois), Beda (14 mois), Elin (22 mois).

Durée

Le premier groupe s’est rendu au musée en mai/juin 2018. 

 

Le deuxième groupe s’est rendu au musée en oct/nov 2018.